Non Madame Le Pen pas "HomeLand", "Hatoufim"!

Publié le 1 Novembre 2013

On ne dira jamais assez comment notre imaginaire est influencé par notre environnement médiatique. À ce titre, je n'ai jamais douté de la capacité des électeurs américains à élire un Président noir attendu qu'ils voyaient depuis des années le "Président" noir David Palmer dans la série 24 h chrono. 
Lorsque j'ai vu les otages sortir de l'avion j'ai moi-même fait un rapprochement...
Non pas avec la série "Homeland" (très bonne au demeurant) mais plutôt avec "Hatoufim", l'excellente série israélienne, diffusée sur ARTE l'année dernière et qui a inspiré les scénaristes d'Homeland.
Au delà du doute entretenu sur la loyauté d'un des deux otages libérés, cette série mais surtout l'accent sur les souffrances physiques et psychologiques subies au cours de plusieurs dizaines d'années de captivité et combien les séquelles de ces souffrances compromettent le retour à la liberté dans un monde qui de son côté a continué d'avancer.
Basculer en quelques heures d'un monde à un autre rend les questions d'aspect totalement accessoires.
À la vue des regards plongeants vers le bas ou perdus dans le lointain, on peut mesurer, toutes les souffrances endurées et pour l'instant, indicibles ; on peut mesurer les souffrances d'hier, les souffrances d'aujourd'hui face au déferlement médiatique et les souffrances de demain pour eux et ceux qui les aimes quand il s'agira de revenir "à la vie"...
Donc Mme Le Pen, "Hatoufim" plutôt que "Homeland" ; la compassion plus que le soupçon!

Repost 0
Commenter cet article