Le transport par câble, moins cher et plus écologique.

Publié le 19 Décembre 2013

Les projets de téléphérique urbain se multiplient en France, mais aussi dans de nombreuses villes à travers le monde.

https://soundcloud.com/user376145923/le-transport-par-cable-moins

On associe volontiers le téléphérique à la montagne, au ski or, le téléphérique est en train de gagner les villes. Londres a inauguré pour les Jeux olympiques de 2012 le sien pour franchir la Tamise, Coblence pour traverser le Rhin. Barcelone, Rio, New York, Portland, Alger, Constantine... La liste ne cesse de s'allonger.

Les expériences les plus significatives ont cependant été menées dans les années 2000 ; notamment par deux villes d'Amérique du Sud : Medellin, en Colombie, et Caracas, au Venezuela. Dans ces deux cas, le téléphérique est devenu un véritable mode de transport de masse, « propre », et un outil de désenclavement des quartiers les plus pauvres. A Medellin, le succès est tel que la ville envisage la construction d'une quatrième ligne.

La France est en retard. Mais les premières réalisations devraient voir le jour à partir de 2015 ; les Brestois seront les premiers à découvrir leur « câble » en 2015 !

Economique, écologique, sûr, nécessitant peu de travaux, le câble séduit les élus locaux pour franchir les obstacles naturels, rivières ou dénivelés et éviter la construction d'ouvrages d'art coûteux. Un kilomètre de câble coûte deux fois moins cher que le tram. Son débit n'est certes pas celui d'un métro, mais il peut transporter, selon les modèles, jusqu'à 8 000 voyageurs par heure.

A Toulouse, des télécabines connecteront en 2017 trois sites stratégiques séparés par la Garonne et une colline. La fréquence sera d'une minute et trente secondes pendant les heures de pointe.

Aucun survol d'habitations privées n'est prévu ; c'est d'ailleurs l'un des principaux obstacles à ce mode de transport, outre son impact visuel sur les paysages.

A une échelle beaucoup plus vaste, Grenoble envisage un téléphérique de centre-ville pour franchir l'Isère et le Drac et relier les trois lignes de tramways parallèles les unes aux autres.

En haute Savoie, un projet a du mal voir le jour bien que de plus en plus de monde s'y intéresses. Il s'agit de relier des Communes du nord-ouest de l'agglomération à partir de La Balme de Sillingy jusqu’au centre ville sur un axe qui est totalement saturé aux heures de pointe.

Une étude de faisabilité à été réalisée reste maintenant à financer le projet et là, c'est une autre histoire... Et pourtant, ça mériterait d'avantage d'attention; l'obstacle est avant tout culturel. Le facteur clé du succès de ce genre de projet est la cadence et la coordination avec les autres modes de transport en commun pour éviter des ruptures de charges qui, quand elles sont trop importantes, rendent ce mode de transport moins compétitif.

En fait, après avoir pendant longtemps aidé à lutter contre la verticalité, le téléphérique devient aujourd'hui un transport de plus en plus horizontal.

Repost 0
Commenter cet article