Du préfabriqué ! Et alors ?

Publié le 29 Janvier 2014

Je comprends tout à fait la réaction des deux syndicats d'architectes au regard des propositions avancées par l'association des organismes d'HLM ; il suffit pour cela, de se souvenir des horreurs esthétiques et énergétiques gavées au convecteur électrique réalisées durant les 30 dernières années du siècle précédent...
Cependant, faisons momentanément abstraction de de cette période "sombre", pour prendre la mesure des enjeux qui se présentent à nous : produire du logement en masse, à un prix abordable, répondant à un haut niveau de confort et dont les performances énergétiques et environnementales seront de plus en plus élevées.
Ca veut dire tout simplement industrialiser une filière qui pour l'instant reste étonnamment "éclatée" et dans laquelle, l'unité de base reste encore l'entreprise individuelle ou la TPE, tant dans les phases de conception, que dans les phases de réalisation....
Et pourtant, que ce soit pour des questions de sécurité, de conditions de travail, de qualité de réalisation, de performance de l'enveloppe, de maîtrise des coûts et des délais, tout milite pour l'industrialisation de la filière.
Pour autant, au delà de la question du confort, il reste celle de l'esthétique.
"L'art meure de liberté et ne vit que de contrainte" nous dit Milan Kundera. C'est le moment d'en faire la preuve !
Construire vite, à la portée de toutes les bourses, performant, beau et personnalisé ; voilà des contraintes dont le franchissement aidera à l'expression de son art !...
Rappelons-nous que ça a marché dans l'automobile, les ordinateurs, la téléphonie, etc. ; ça devrait donc être possible dans le bâtiment aussi.
J'ai tendance à comparer ce saut culturel à ce qui s'est passé dans le monde de l'automobile au moment de la transition d'une production de voitures à quelques dizaines d'exemplaires vers une production de masse. Il a fallu organiser les filières, entamer des démarches de qualité, intégrer de la technologie de haut niveau, rationaliser, épurer les lignes, rester sur l'essentiel, et pour réussir tout cela, augmenter très sensiblement la phase de conception.
Dans le domaine de la construction, c'est déjà le cas chez nos voisins qui allouent à la maîtrise d'oeuvre de véritables moyens pour lui permettre faire son travail de conception et de planification dans les meilleures conditions possibles ; moyens qui se trouvent très largement amortis par le temps gagné et les surprises évitées au cours de la réalisation.
Cette révolution culturelle est inévitable si l'on veut atteindre ces objectifs en terme de logements.
La crainte de la préfabrication, c'est ce que l'on a déjà vu sur son volet le plus négatif. L'opportunité, c'est de créer une véritable "industrie" au sens noble du terme, seule à même de permettre à chaque citoyen de se loger décemment, dans des conditions économiquement viables et avec la plus faible empreinte écologique.
Alors la préfabrication oui, mais pas n'importe comment !

Repost 0
Commenter cet article