Le paysage énergétique français serait-il en train de se "minitelliser" ?

Publié le 21 Janvier 2014

Le tropisme français tendrait à nous faire oublier ce qui se passe ailleurs dans le monde en matière d'énergie solaire...
Parler de photovoltaïque en France, c'est évoquer une filière en survie, peu rentable et fonctionnant à coups de subventions. Et pourtant, dans le reste du monde, les installations de panneaux photovoltaïques vont (encore) connaitre en 2014 une croissance à deux chiffres après une très bonne année 2013.
Selon les experts, la capacité de production au niveau mondial atteindra un nouveau record compris entre 40 et 45 GW (Pratiquement l'équivalent de la puissance nucléaire installée en France).
Le marché a progressé de 7% pour atteindre 83 milliards de dollars... Après la catastrophe de Fukushima, le Japon a tout naturellement tiré le marché vers le haut avec 6,3 GW de panneaux solaires installés en 2013.
La Chine, premier marché au monde, devrait elle aussi, poursuivre sa course en avant en installant un peu plus de 9 GW. Le marché américain devrait aussi monter à un peu plus de 6 GW. Si l'on considère qu'un réacteur correspond à 1 GW (en réalité, c'est un peu moins mais ça facilite le calcul), ça donne une idée de ce qui se passe dans le monde...
Après une période de crise durant laquelle le paysage s'est reconstitué, il semble que les grands fabricants chinois aient repris "du poil de la bête". Le marché sud-américain devrait quintupler l'an prochain quand le marché français lui devrait tourner autour de 0,8 GW installés.
Des chiffres qui parlent d'eux-mêmes si l'on considère que, dans le "temps long", le prix des énergies fossiles et minérales comme le nucléaire, ne cessent de monter quand les coûts des renouvelables eux, tendent à la baisse depuis des années. Ce qui fait dire à certains que la "parité réseau" (c'est à dire un prix du solaire au prix du nucléaire) est annoncé à court terme.
Il faut dire que la nouvelle transparence concernant le coût du MW/h nucléaire en Francefacilite grandement les choses ; annoncé à 10 € par EDF et consorts il y a quelques années, on en est rendu 70€ selon le dernier rapport de la cour des comptes sur le sujet et ce, sans parler du stockage de Bure annoncé à hauteur de 30 milliards... Concurrence non faussée rime avec transparence !
Face à cette nouvelle donne, le paysage énergétique français serait-il en train de se "minitelliser" quand le reste du monde passe à l'Internet énergétique? A suivre...



Source ENERPRESSE

Repost 0
Commenter cet article